Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
geek and play

geek news

numérique et à de nouvelles concurrences : l'heure du choix pour les médias

Publié le 5 Juillet 2017 par redac

A l’heure où le multimédia semble prendre le pas sur les médias en général, un nouveau paysage médiatique se dessine. En effet, l’information en ligne se multiplie dans les grands groupes de presse. Offrant ainsi un accès aux archives des journaux et un accès direct à l’information ( diffusée sur le Web avant même la parution du journal ), les journaux sur Internet connaissent le succès. L’engouement que suscite cette information en ligne allant jusqu’à la saturation de certains sites Web, ouvre-t-il une nouvelle ère dans l’histoire de la presse écrite ? Est-ce là le moyen pour les journaux de ne pas péricliter devant l'assaut des nouveaux acteurs du tout numérique ?

La presse écrite vient assez massivement sur le "on-line" (voir sociologie des médias numériques) , bien qu’elle n’en tire aucun bénéfice pour le moment. Mais rester en marge de ce phénomène signifierait indubitablement sa mort. 200 journaux européens ont déjà leur version électronique ( pour 1100 sur le monde entier ). pour l'avenir.

Parmi les quotidiens, un seul gagne de l’argent à ce jour : le Wall Street Journal. En revanche, certains y perdent beaucoup, à l’instar du New York Times, qui mise sur une stratégie d’implantation mondiale. En tout cas, les éditeurs ont des approches très diverses par rapport à Internet. certains mettent l’intégralité de leur journal en ligne, d’autres, comme Sud Ouest, ne donnent que la une et les gros titres, offrant le service complet y compris d’archives à leurs abonnés papier ! Enfin, certains font entièrement payer l’accès à leur site, ce qui est encore l’apanage des journaux spécialisés.

Si la rentabilité n’est pas pour demain, la réponse est unanime, il va falloir y venir. Pour tous, le succès est conditionné par une approche éditoriale spécifique et par des alliances partenariales. Le directeur de la rédaction du Républicain Lorrain et auteur d'un rapport sur les journaux on-line, mise sur les collectivités locales, mais on peut aussi penser à la télévision : Internet sur le petit écran, c’est pour demain. le vice-Président du GESTE (le groupement des Editeurs de Services Télématiques), soulignait à Hourtin que "l’on bascule d’une économie maîtrisée à un nouveau système où on n’a pas prise sur la technologie. La concurrence se multiplie, et il est grand temps de mettre en avant le label que représente la presse, en guise de fiabilité."

Par ailleurs, l’approche qu’implique le "on-line" est fondamentalement différente de celle à laquelle les journaux sont accoutumés : il ne s’agit plus de travailler dans une perspective de diffusion massive d’information ( logique de l’offre ), mais dans une optique de consultation individualisée ( logique de la demande ). Le pari pour les éditeurs de journaux quotidiens et généralistes sera plus difficile que pour la presse spécialisée. Ils devront reconsidérer leur approche de l’information pratique, du local et offrir des services bien supérieurs à la reprise d’informations papier.

Pour  Bourdier, c’est là l’occasion de sortir du support papier. "Il est grand temps que tous les journaux numérisent leur contenu", soulignait le directeur général de Sud Ouest. Bien que se soit une opération coûteuse, il n’est pas imaginable de créer sans cela, par exemple des services comme ceux que l’on peut trouver aux Etats-Unis, et qui génèrent à terme des revenus importants : regroupement des petites annonces sur un même territoire pour donner un exemple. Pour cela il faudra que les journaux mettent en œuvre des stratégies d’alliance.

à suivre...

Commenter cet article